Create Journals
Update Journals

Journals
Find Users
Random

Read
Search
Create New

Communities
Latest News
How to Use

Support
Privacy
T.O.S.

Legal
Username:
Password:

Elica (elicad) wrote,
@ 2003-11-24 05:37:00
Previous Entry  Add to memories!  Add to Topic Directory  Tell a Friend!  Next Entry

    Current mood: okay
    Current music:Pascal Obispo, Lucie

    Fic, Prince of Tennis, Chapitre 5
    Avant de vous souhaiter une bonne lecture, je pose un gros AVERTISSEMENT ! Cette partie, en effet, contient un léger shôta. Rien de démonstratif, ni de dégueulasse (pas dans les faits du moins), mais comme ça a... euh... interpelé beaucoup de personne quand elle ont lu ce chapitre, je préfère prévenir tout de suite.
    La liste des personnages est toujours disponible ici.

    ****

    BELLE-VUE ET HÔTEL SANTA ROSA

    Série : Prince of Tennis.
    Pairing : Yamato/Hazue, Mizuki/Yûta, et quelques autres...
    Avertissement : aucun des personnages utilisés ici ne m'appartient à l'exception notable de deux personnages originaux ^^
    Note de l'auteur : Mais si, y'a un scénar, il a juste pas encore commencé ^^; Et la glace Aya existe vraiment... Testée et approuvée !

    ****


    Chapitre Cinquième : Où l'on joue pour passer le temps... IIe Partie

    Revenons quelques minutes en arrière, alors même que Kaidô entamait son long décompte, tout seul, face à son arbre.

    - On va où ?

    Hazue courait devant Yamato, qui, avouons-le, avait un peu de mal à le suivre.
    Les deux jeunes gens étaient descendus jusqu'à la limite entre la terrasse et la plage, et cherchaient vainement un endroit où se cacher. Ou plutôt, Hazue courait devant, et Yamatô se contentait de le suivre. Car, personnellement, il n'aimait pas particulièrement jouer à cache-cache.
    Mais, quand il avait vu les trois adolescents en contre-bas de la piscine, qu'il avait vu pour tout dire Hazue, il avait été saisi d'un besoin très pressant d'annoncer sa présence et de parler au petit garçon. C'était toujours pareil. Cela lui était déjà arrivé avec Tezuka, avec Oishi... Maintenant avec ce gosse. Yamato avait bien essayé de parler de son problème avec son psy, mais à chaque fois il s'était dégonflé, de peur d'être catalogué comme un pervers, un malade, quelqu'un de bon à enfermer... Et ça, il ne le voulait pas...
    Et maintenant il s'était débarassé du grand-frère et de l'autre andouille, et il était seul avec le gamin. Il fallait donc trouver quelque chose à faire au lieu de jouer bêtement à cache-cache.

    - Hazue-kun ?

    Le petit garçon se retourna. Il se dirigeait vers le distributeur de glace qui jouxtait les toilettes de la plage.

    - Oui ?
    - Euh... Tu veux une glace ?
    - Mais on est en train de jouer !
    - Oui mais... Euh... Il fait chaud, et puis tu es en vacances. En vacances, on mange des glaces.
    - Ah ? D'accord alors...

    Les deux adolescents se retrouvèrent devant le distributeur, essayant de choisir parmi les multiples parfums qui se présentaient devant aux.

    - Tu veux une glace au haricot rouge ?
    - Non. J'en ai déjà mangé, c'est pas très bon.
    - Thé vert ?
    - Non, j'aime pas ça.
    - Aolevera ?
    - Mon frère aime beaucoup, mais j'aimerai bien goûter au chocolat...
    - Choc...
    - Non ! Attends ! La glace au yaourt Aya ! Ca je veux, ça je veux !

    Comme Hazue commençait à sautiller devant le distributeur en attendant sa glace, Yamato ne put qu'accepter son choix et lui paya donc une glace Aya. Lui même se prit une glace au haricot rouge, parce qu'il n'y avait vraiment que ça de bon, finalement. Une fois les glaces prises, ils commencèrent à marcher le long de la plage, le jeu de cache-cache complètement oublié.

    - Alors, c'est bon ?, demanda poliment Yamato.
    - Bof. Ca fond super trop vite !

    Yamato baissa les yeux vers Hazue et manqua de faire une crise cardiaque sous l'assault impromptu et extrêmement gênant de son imagination.
    La glace Aya fondait effectivement très vite, et la main d'Hazue était maintenant recouverte de glace, ainsi que sa bouche et son menton.

    - C'est dur à manger !

    Yamato sentit le poids de l'horreur atterrir sur ses épaules. C'en était fait de lui. Il n'était qu'un pervers, un salaud, un dégueulasse, un horrible obsédé fantasmant sur un garçon de douze ans. Comment pouvait-il même continuer à se regarder en face ? Quelques années auparavant, avec Tezuka et Oishi, cela n'avait pas porté à conséquences. Il s'était contenté de quelques caresses tout à fait innocentes, et puis, après tout, il n'avait que deux ans de plus que les gamins.
    Mais là...
    Il avait eu la très claire vision de Hazue en train de... De...

    - Yamato senpai ?
    - ...
    - Yamato senpai ? Ca va ?
    - Euh, je me sens mal...
    - Je vous avais dit que le haricot rouge c'était pas bon.
    - Je... Il faut que j'aille aux toilettes. Reste ici... Non, mieux, rejoins ton frère. Il faut... Il faut vraiment que j'y aille.

    Et il courut rejoindre un escalier menant à l'hôtel, laissant Hazue seul sur la plage, les pieds dans le sable.

    - Lui, il a un grain.

    ***

    Pendant ce temps-là, Mizuki et Yûta faisait des choses immorales derrière la palissade.

    ***

    Pendant ce temps-là, Kaidô avait arrêté de compter, et commençait à chercher autour de lui, tout en se disant que jouer n'était qu'une perte de temps et qu'il aurait préféré aller courir sur la plage pour entretenir sa forme. Enfin, il avait dit qu'il jouait, donc il devait tenir son engagement. Rien de plus simple.
    Kaidô commença d'abord à remonter vers la piscine, se disant que les arbres et murets qui se trouvaient là étaient vraiment des cachettes idéales. Le jeu demandait une logique à toute épreuve, comme ça, il était sûr de gagner.
    Un éclair jaune attira son attention et le capitaine de Seigaku quitta le sentier pour avancer un peu plus vers les palissade entourant la piscine. Le truc jaune était en fait un tee-shirt. Kaidô se demanda vaguement ce qu'un vêtement pouvait faire là. Quelqu'un avait du le perdre, donc, il le ramassa, et continua sa recherche. C'est a ce moment-là qu'un second tee-shirt s'étala devant ses pieds. Un tee-shirt blanc tout simple, mais il était sûr de l'avoir déjà vu quelque part. Et puis, quelqu'un venait de le lancer. Un tee-shirt ne volait pas comme ça, tout seul.
    Au lieu de demander si quelqu'un était là, Kaidô reprit sa marche et arriva à un buisson près de la palissade. Un buisson qui bougeait. Beaucoup. Et qui faisait du bruit. Beaucoup aussi.

    - Je... Je... Jesuisdésoléééééééééééééééééééééééééé !!!!!!!

    Après avoir vu ce qu'il venait de voir, Kaidô lâcha les deux tee-shirt, se retourna, et courut jusqu'à la plage en essayant d'oublier. Il était très fort à ce jeu-là. Il avait oublié beaucoup de choses qu'il avait vus, surtout l'année précédente, quand les senpai étaient encore à Seigaku. Et il avait tout oublié.
    Oui, il avait oublié le capitaine et Oishi, lors de la fête qui avait été organisée après le retour de Tezuka. Il avait oublié les moments perdus d'Oishi et d'Eiji, quand Tezuka était encore en Allemagne. Il avait oublié les quelques passades d'Eiji et Momoshiro qu'il avait surprises à plusieurs occasions. Il avait oublié le baiser timide échangé entre Momo et Taka-san. Il avait oublié les bruits suspects que faisaient Taka-san et Fuji quand ils étaient seuls dans les vestiaires. Oui, il avait tout oublié...
    Et pourquoi il repensait à tout maintenant, il se le demandait...
    Parce qu'après tout, même s'il n'était pas au fait des cancans du monde merveilleux du tennis collégien, Kaidô savait que Fuji junior et Mizuki étaient hom... hom... enfin qu'ils couch... enfin qu'ils sortaient ensemble. Rien d'étonnant à cela ! Et que tous ses camarades aient des façons... plus... charnelles de montrer leur amitié, oui, ça aussi il le savait, il n'y avait donc pas à être choqué. Non. Non. Non.

    Kaidô arriva à bout de souffle sur la plage, près à courir jusqu'à la baie pour continuer à oublier.
    Parce qu'après avoir surpris Yûta et Mizuki dans une position plus que compromettante, il s'était souvenu d'une chose qu'il n'avait pas réussi à oublier. Une seule et unique chose...
    Kaidô recommença à courir vers le grillage qui séparait la plage privée de l'hôtel de la plage publique. Il passa même devant Hazue sans le voir, laissant celui-ci de plus en plus perplexe quant à la santé mentale des "adultes". Ou plutôt des joueurs de tennis. S'ils étaient tous comme ça... Et bien il avait vraiment bien fait d'intégrer le club de go de Seigaku plutôt que le club de tennis.

    Et donc Kaidô courait.
    Mais, irrépressiblement, cette chose qu'il avait si bien essayé d'oublier lui revenait à l'esprit, de plus en plus clairement.
    Lors de cette fameuse soirée du Nouvel An... Cette même soirée dramatique où Momo et Echizen avait mystérieusement disparus dans la nature, cette soirée horrible où Oishi avait du finalement rompre avec Eiji qui s'était lui aussi enfuit en pleurs de la maison, cette monstrueuse soirée où Fuji avait décidé de soigner le poignet de Taka-san à l'aide de ses orteils et d'une crème spéciale, cette soirée...
    Kaidô eut l'envie subite de s'essuyer les lèvres de la main.
    Il n'y avait eu qu'une fois, mais quel horrible souvenir.
    Kaidô passa le grillage et arriva sur la plage publique. Et il courait, courait sans s'arrêter, sans regarder où il allait.

    Jusqu'à ce qu'il se cogne de toute ses forces contre quelqu'un.
    Il atterrit sur ses fesses sur le sable, et mit quelques temps à reprendre ses esprits. Quand il regarda contre qui il s'était bousculé, le rouge au joue et bafouillant, il regretta aussitôt d'avoir couru sans réfléchir, et maudit, une fois de plus, l'étoile sous laquelle il était né.

    - Kaidô...
    - I... Inui-senpai.

    Car ce souvenir horrible qu'il s'était forcé d'anéantir à jamais avait été la seule et unique fois où Inui avait tenté de l'embrasser (et, à cause d'un mauvais timing, les lèvres d'Inui avait atterri sur sa joue). Ca, cela surpassait tout le reste.

    - Inui-senpai..., répéta Kaidô, ahuri.
    - Kaidô.

    Inui le regardait de haut, peut-être étonné (ou pas) de le voir ici. C'était difficile à dire avec ces lunettes qui lui cachaient tout le visage.

    - Kaidô. Qu'est-ce que tu fais là ?

    La voix était dure, presque sévère, comme pleine de reproches. Et effectivement, Kaidô avait plein de reproches à se faire. Que faisait-il là, dans un hôtel de luxe, à jouer à cache-cache, alors qu'il devrait être en train de s'entraîner sérieusement ? Il avait honte, si honte.

    - Kaidô ?

    Une autre voix. Qu'il n'arrivait pas vraiment à identifier.
    Une main apparut devant Kaidô. Celle d'Inui. Qu'est-ce qu'il lui voulait ? Le rouge lui monta à nouveau aux joues, mais il saisit la main qui se mit automatiquement à le relever. Une fois debout, Kaidô se rendit comtpe de l'endroit où il était, soit sur la plage, entouré de l'équipe quasi complète des Fudomine et d'Inui, qui semblait très à l'aise.

    - Kaidô !, répéta Kamio, nouveau capitaine de Fudomine. Tu es aussi en vacances ici ?
    - Nous ne sommes pas en vacances, Kamio, intervint Tachibana. Nous sommes ici pour travailler et aider. Ne l'oublie jamais.
    - Oui, Tachibana buchô.
    - Alors Kaidô ?, demanda une nouvelle fois Inui.
    - Je... Je suis en vacances avec mes parents.
    - Vraiment ? Où ça ?
    - Là...

    Kaidô désigna l'immense Hôtel Santa Rosa du doigt. La stupéfaction se lut sur le visage des autres jeunes gens, sauf Shinji, même s'il était intérieurement lui aussi très étonné.

    - C'est vrai ?, fit Kamio. Whouah... Tu crois que tu pourrais nous faire visiter ?
    - Euh... Je... Je sais pas... C'est réservé aux clients je pense.
    - Allez, sois sympa !!!!
    - Hm...
    - Seulement une fois que nous aurons fini de nettoyer la plage !, ordonna Tachibana.

    Et Kaidô se retrouva à ramasser les ordures en compagnie des Fudomine et d'Inui.

    ***

    Au même moment, toujours, Hazue remontait tranquillement vers l'hôtel, sa glace finie et un air de profond ennui sur le visage. Impossible de retrouver Yamato, son frère était passé devant lui comme s'il avait le diable aux trousses, et aucune nouvelle de... de... du rouquin qui les accompagnait avant. Alors autant retourner à l'hôtel et se trouver autre chose à faire. Peut-être un tour dans la vidéothèque. Cela lui semblait une très bonne idée d'ailleurs.

    - Excusez-moi...
    - Hm ?

    Hazue se retourna. Il était arrivé à l'entrée de l'hôtel, devant les grandes portes battantes. Derrière lui se tenait un grand jeune homme aux cheveux inexplicablement gris et à l'air plutôt... distingué.

    - Uss ?
    - Vous êtes employé ici ? C'est étrange, vraiment étrange, vous me rappelez quelqu'un...
    - ...?
    - Enfin qu'à cela ne tienne. Il s'agit bien de l'hôtel de renommé mondiale Santa Rosa ?

    Hazue se contenta d'acquiescer.

    - Bien, bien. Allons-y alors. Mes bagages, Kabaji !
    - Uss...

    TBC~



(Post a new comment)


(Anonymous)
2003-11-24 10:13 (link)
O.o
Ah vwé.
Effectivement, ça surprend un peu, le coup du shota, venant de toi.
D'un autre côté, ça passe pas trop mal, vu que
1) c'est traité de façon plutôt comique et pas sérieuse (on sent que tu n'en fais pas l'apologie, quoi)
2) on est quand même dans l'univers de PoT aka le Monde Où Si Si Tezuka A Quatorze Ans, C'est Vrai ^^' ! Allez, dans un an, Hazue aura fait sa poussée de croissance, et tout passera bien pour nos petits yeux purs.

Sinon, Kaido Aîné est tout choupi, à être tout tourneboulé comme ça é.è. Pauvre titi...

Roh, et j'ai beaucoup aimé ce petit paragraphe :

> ***

Pendant ce temps-là, Mizuki et Yûta faisait des choses immorales derrière la palissade.

***

*explosée*
Là comme ça, tout de suite après le angst, ça détonne grâââve XD ! <= cause djeunz.

J'attends impatiemment le retour de Bête-Terrée et de son short javellisé ^o^ !

Bisous
Toutou

PS : Ce sont lesquels, les deux persos que tu as inventés ?

(Reply to this) (Thread)


elicad
2003-11-24 14:07 (link)
Disons que le shôta je l'ai écrit tellement au second degré (surtout en repensant à la façon dont Mimi avait mangé sa glace Aya au Japon ^^;) que je ne m'en suis rendue vraiment compte qu'en lisant les commentaires des lecteurs.
D'un coup j'ai d'ailleurs eu peur ^^

Kaidô est le meilleur perso du monde juste devant Yuta ^^

PS : Kyôko Inui et Yamato san n'existe pas dans le manga ni dans l'anime ^^

(Reply to this) (Parent) (Thread)


(Post a new comment)

© 2002-2008. Blurty Journal. All rights reserved.